Logo weiterlesen.de
Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Erving Goffman et le travail social«

Erving Goffman et le travail social

Garneau, StéphanieNamian, Dahlia (Hrsg.) | University of Ottawa Press | 21e – Société, Culture, Histoire


En ces temps de morcèlement et de cloisonnement

disciplinaire, il est impératif de rappeler les liens

ambigus, mais néanmoins enchevêtrés, entre le

travail social et la tradition sociologique dont est

issu Erving Goffman. 

Les auteurs de cet ouvrage - travailleurs sociaux,

sociologues, anthropologues, politistes et infirmiers -

ouvrent la « boîte à outils goffmanienne », offrant

des regards novateurs sur les enjeux contemporains

entourant le travail social. Il prend appui sur une

pluralité d’objets, dont la santé mentale, la toxicomanie,

les soins aux personnes âgées ou avec un handicap, et

l’aide aux sans-abris. 

Que ce soit sous l’angle épistémologique, théorique,

méthodologique ou pratique, la posture goffmanienne

est digne de considération. Elle permet d’observer

les effets des institutions et des catégories du travail

social sur les personnes ciblées. Elle aide à sortir d’une

vision normative de l’intervenant pour identifier les

possibilités et les contraintes qui pèsent sur lui. Elle

permet également d’accéder aux dimensions tacites,

affectives et parfois insoupçonnées du social et de la

relation d’aide dans le but de rendre visible l’invisible,

de rendre intolérable le toléré et les allant-de-soi.

Les dix-sept collaborateurs rattachent certaines des ficelles

qui ont été dénouées entre les deux disciplines au fil des

luttes visant leur reconnaissance institutionnelle.

---

Professeure agrégée à l’École de service social de l’Université d’Ottawa. Ses champs de recherche sont les migrations, les relations interethniques, l’action publique en matière de migrations et d’éducation, et les méthodologies de recherche.

---

Professeure adjointe à l’École de service social de l’Université d’Ottawa. Ses recherches s’inscrivent dans les champs de la sociologie de l’itinérance, de la marginalité urbaine et de la santé mentale.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Speaking Power to Truth«

Speaking Power to Truth

Keren, MichaelHawkins, Richard (Hrsg.) | Athabasca University Press | Cultural Dialectics


Online discourse has created a new media environment for contributions to public life, one that challenges the social significance of the role of public intellectuals—intellectuals who, whether by choice or by circumstance, offer commentary on issues of the day. The value of such commentary is rooted in the assumption that, by virtue of their training and experience, intellectuals possess knowledge—that they understand what constitutes knowledge with respect to a particular topic, are able to distinguish it from mere opinion, and are in a position to define its relevance in different contexts. When intellectuals comment on matters of public concern, they are accordingly presumed to speak truth, whether they are writing books or op-ed columns or appearing as guests on radio and television news programs. At the same time, with increasing frequency, discourse on public life is taking place online. This new digital environment is characterized by abundance—an abundance of speakers, discussion, and access. But has this abundance of discourse—this democratization of knowledge, as some describe it—brought with it a corresponding increase in truth?

Casting doubt on the assertion that online discourse, with its proliferation of voices, will somehow yield collective wisdom, Speaking Power to Truth raises concerns that this wealth of digitally enabled commentary is, in fact, too often bereft of the hallmarks of intellectual discourse: an epistemological framework and the provision of evidence to substantiate claims. Instead, the pursuit of truth finds itself in competition with the quest for public reputation, access to influence, and enhanced visibility. But as knowledge is drawn into the orbit of power, and as the line between knowledge and opinion is blurred, what role will the public intellectual play in the promotion and nurturing of democratic processes and goals? In exploring the implications of the digital transition, the contributors to Speaking Power to Truth provide both empirical evidence of, and philosophical reflection on, the current and future role of the public intellectual in a technologically mediated public sphere.

With contributions by Karim-Aly Kassam, Barrry Cooper, Jacob G. Foster, Richard Hawkins, Michael Keren, Boaz Miller, Liz Pirnie, and Eleanor Townsley.

---

Michael Keren is a professor and Canada Research Chair in the Department of Political Science and the Department of Communication and Culture at the University of Calgary. He is the author of many books on public intellectuals, political communication, and political literature, including Blogosphere: The New Political Arena and The Citizen’s Voice: Twentieth-Century Politics and Literature.

---

Richard Hawkins is professor in the Science, Technology and Society Program at the University of Calgary, senior fellow at the Centre for Innovation Studies (THECIS), and a fellow of the Institute for Science, Society and Policy at the University of Ottawa. He has served as policy consultant for such clients as the World Bank and Industry Canada and has authored more than a hundred scientific publications and technical reports on science, technology, and industry policy.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Die im Dunkeln sieht man nicht«

Die im Dunkeln sieht man nicht

Bastei Entertainment


Alle drei Minuten wird in Deutschland eine Frau vergewaltigt. Jede 7. Frau ist in ihrem Leben mindesten ein Mal sexualisierter Gewalt ausgesetzt, und die Mehrheit aller Frauen schweigen. Nur 15 Prozent gehen zur Polizei, um ihre Peiniger anzuzeigen, denn die meisten schämen sich, rechnen sich nur geringe Erfolgschancen aus oder versuchen den Vorfall schnell zu vergessen. Die Beweisaufnahme nach einer Tat ist schwierig, die Polizeibefragung gleicht einem Verhör und im Gerichtszahl empfinden sie das Procedere als erniedrigend. "Damit muss Schluss sein!", fordert Marlene Lufen und beschreibt sehr persönlich anhand vieler Beispiele, warum Frauen schweigen und was sich konkret in der Polizeiarbeit, aber auch in der Gesellschaft ändern muss.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Letters from the Land of Fear«

Letters from the Land of Fear

Guernica Editions


For 11 months Calvin White worked for Doctors Without Borders as a mental health specialist in the off-the-radar region of Karakalpakstan in western Uzbekistan. Unlike the higher profile emergency situations which draw that international humanitarian organization's attention, the milieu for White's mission was the quiet, slow death in an epidemic of multi-drug resistant tuberculosis. White takes the reader inside the daily heartbeat of humans we've never heard of but come to see as sharing the same pulse. It is a remarkable journey of intimacy and hope, one that reconfigures our understanding of sadness and, ultimately, reaffirms the common spirit of humanity.

---

A former high school teacher and counsellor in small town British Columbia, Calvin White translated his experience developing educational and therapeutic approaches for troubled teenagers into leading a team of local counsellors in Uzbekistan, a remote corner of central Asia. As a mental health specialist for Médecins Sans Frontières, he spent a year creating therapeutic practises aimed at saving the lives of hundreds of patients suffering from multi-drug resistant tuberculosis. Calvin makes his home in Salmon Arm, BC.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Shaped by Silence«

Shaped by Silence

ISER Books | Social and Economic Studies


Shaped by Silence brings together the powerful stories of five women from Ireland, Canada, and Australia whose lives were shaped by forced confinement in Magdalene laundries and other institutions operated by the Roman Catholic Order of Sisters of the Good Shepherd. Their narratives include one teenager’s experience in a Good Shepherd training school in Canada; another story of a child who was born in a Canadian Good Shepherd laundry; and three accounts of adolescent girls held in Good Shepherd Magdalene laundries in Ireland and Australia. In these institutions, women and girls became a coerced workforce. Hard, unpaid and relentless physical toil, isolation, enforced silence, and prayer constituted the nuns’ strategy for converting their “fallen” charges into the Christian image of pure womanhood. Within this regime, girls and women suffered physical, psychological, and emotional abuse. While intimately capturing the dark and enduring after-effects of ill-treatment, the stories recounted in Shaped by Silencealso describe survivors’ efforts to heal and rebuild their lives. This important book shines a light on a pervasive and systemic pattern of cruelty and exploitation. It reveals the unwarranted confinement of generations of girls and women in Good Shepherd institutions around the world and constitutes a call for full acknowledgement of their suffering.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Cahiers Charlevoix 12«

Cahiers Charlevoix 12

University of Ottawa Press | Cahiers Charlevoix


Coïncidant avec le vingt-cinquième anniversaire de la Société Charlevoix, la fournée 2018 de ce douzième cahier réunit six études.

Simon Laflamme publie l’affidavit qui a été utilisé par le Commissariat aux langues officielles pour appuyer la cause qu’il défendait contre la Société Radio-Canada. À la suite des compressions budgétaires de 2009 dont elle avait été victime, la société d’État réduisait fortement sa programmation à la station de radio Cbef de Windsor. 

Yves Frenette propose un regard comparatif de l’historiographie dans trois aires de la francophonie canadienne entre 1970 et 2000. Au cours de cette période de transition, les identités traditionnelles acadienne et canadienne-française déclinent progressivement au profit de nouvelles identités francophones provincialisées. 

Julie Boissonneault se penche sur la perception qu’on a de la langue des Franco-Ontariens. La langue française parlée en Ontario fait souvent l’objet d’un discours dépréciatif qui établit la compétence des Franco-Ontariens à l’aune de leurs manquements au français de référence. Or, ce discours, qui ne tient pas compte de l’enjeu de la variation interne de toute langue et des processus naturels d’évolution des parlers, nourrit des représentations à l’égard du parler qui sont souvent partielles ou fausses et qui, en retour, peuvent mener à un sentiment d’incompétence chez le locuteur franco-ontarien. 

Ali Reguigui inscrit son étude dans le cadre de la phonétique articulatoire et de la sociophonétique, fondée sur les données d’un questionnaire sociolinguistique recueillies auprès de sujets franco-ontariens. Il examine le cas de la consonne roulée alvéolaire voisée /r/ du latin, qui a persévéré en ancien français et moyen français jusqu’au xviie siècle dans les centres urbains, et jusqu’au XVIIIe siècle en général pour se faire remplacer par la consonne roulée uvulaire voisée, communément qualifiée de grasseyée et marquée comme variante de prestige

Marcel Bénéteau fait le bilan de la chanson traditionnelle française en Ontario et trace son évolution dans

le temps et l’espace. L’auteur décrit le travail qu’il a entrepris pour déterminer en premier lieu en quoi consiste le répertoire de l’Ontario français ; à cette fin, il précise quelles sont ses balises historiques et géographiques (où et quand le répertoire s’est-il implanté sur le territoire ?) et ce qu’il comprend au juste (combien de chansons ? quelles chansons ? quelles catégories de chansons ?).

Jean-Pierre Pichette verse un nouveau chapitre au dossier de la transposition des récits oraux dans des oeuvres

littéraires. À l’analyse des écrits destinés à la jeunesse de l’écrivaine Marie-Rose Turcot (Cahiers Charlevoix 3) et de l’ethnologue Marius Barbeau (Cahiers Charlevoix 4), il ajoute l’examen des « petits contes drolatiques » qu’un autre écrivain d’Ottawa, Régis Roy (1864-1944), a publiés entre 1906 et 1928. 

Michel Bock a compilé dans la « Chronique » les faits saillants survenus depuis la parution du dernier volume et les nouvelles des membres reliées à leurs activités professionnelles. Nous y joignons le compte rendu des activités récentes de la Société des Dix que son secrétaire, Fernand Harvey, a préparé à notre intention.

Ce livre est publié en français.

---

Fondée à Sudbury en 1992, la SOCIÉTÉ CHARLEVOIX est un regroupement d'universitaires qui se consacrent à des travaux savants sur l'Ontario français. Par son nom, la Société honore la mémoire du jésuite Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), qui a laissé des observations remarquables sur le territoire ontarien. Ses membres examinent les réalités franco-ontariennes selon les perspectives variées qu'apportent leurs disciplines.

---

Ethnologue et professeur titulaire, Jean-Pierre Pichette a enseigné la littérature orale au département de Folklore et ethnologie de l’Université de Sudbury (1981-2004) puis a occupé la chaire de recherche du Canada pour l’étude de l’oralité et des traditions populaires des francophonies minoritaires (Cofram) à l’Université Sainte-Anne, où il a dirigé le Centre acadien. Il est membre fondateur du Groupe de recherche en études acadiennes (Gréa) et de la Société Charlevoix

---

Simon Laflamme enseigne la sociologie à l’Université Laurentienne (Sudbury) depuis 1984. Ses recherches portent principalement sur diverses questions de la communication, de l’économie et des rapports entre les populations selon qu’elles sont minoritaires ou majoritaires. Il est un des fondateurs de la revue Nouvelles Perspectives en sciences sociales.

---

Yves Frenette est titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l'Université de Saint-Boniface. Il a étudié en histoire à l'Université Carleton et à l'Université Laval.

---

Julie Boissonneault, professeure agrégée à l'Université Laurentienne depuis 2003, œuvre en sociolinguistique et en didactique du français langue maternelle (en situation minoritaire). Avec près de trente d'expérience en enseignement au postsecondaire et en recherche, elle s'intéresse particulièrement au français parlé en Ontario et à ses enjeux sociaux. Elle est rédactrice en chef de la Revue du Nouvel-Ontario.

---

Ali Reguigui est professeur titulaire et coordonnateur du programme d’orthophonie, de même que coordonnateur du volet Communication et cognition dans le cadre du doctorat interdisciplinaire en sciences humaines, à l'Université Laurentienne.

---

Marcel Bénéteau est professeur agrégé au Département de folklore et ethnologie de l’Université de Sudbury. Il s'intéresse particulièrement aux chansons folkloriques de tradition orale et au lexique franco-ontarien.

---

Michel Bock est professeur agrégé au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche sur l'histoire de la francophonie canadienne.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Sociocultural Systems«

Sociocultural Systems

Athabasca University Press


Macrosociology—the study of large-scale social structures and the fundamental principles of social organization—was the style of sociology practiced by the founders of the discipline. Today, the social theories of Karl Marx, Max Weber, Émile Durkheim, and Herbert Spencer (among others) are commonly studied as part of the history of the field, but, although the macrosociological approach that these thinkers advocated is still employed, it no longer dominates the discipline. Instead, sociologists typically adopt a narrower focus, specializing in areas such as social psychology, medicine, religion, or the study of social stratification. Examining the bigger picture is a task often left to public intellectuals.

Sociocultural Systems aims to reinstate macrosciology as the heart of the discipline by demonstrating that both classical and contemporary macrosociologists stand upon common ground. Focusing on the broad issues that concerned the founders, Elwell addresses questions such as: Historically, what factors accounted for the origin, survival, and evolution of sociocultural systems? Why were some societies more technologically advanced than others? What is the origin of capitalism? What factors determine the allocation of goods and services within and among societies? What effects do changes in government and economic institutions have on communities?

Elwell argues that, as evolution does for biology, the macrosociological paradigm offers an analytical strategy that can be used both to guide and prioritize research in all of the myriad specialties within sociology and to lay forth an orderly body of knowledge for students. Clearly articulating important sociological principles, Sociocultural Systems provides a critical understanding of social institutions and issues, while also furnishing a framework for possible solutions to the perennial social crises that are part and parcel of the development of human societies.

---

Sociocultural Systems provides a stimulating introduction to, and challenging overview of, macrosociology, one that can be read with equal benefit by students in Sociology 101 and graduate students in advanced theory courses. Elwell has done an excellent job of blending the development of macrosocial theory from the early classics to the present day, with a strong emphasis on the substance and processes of social change throughout human history. Even faculty members who have never been introduced to a truly comprehensive and coherent theoretical framework for the discipline (and, sadly, that includes far too many) will find this volume intellectually rewarding.

---

Frank W. Elwell is a professor of sociology and the dean of Liberal Arts at Rogers State University, in Oklahoma.He is the author of Macrosociology: Four Modern Theorists, among other works.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Cahiers Charlevoix 11«

Cahiers Charlevoix 11

Les Presses de l'Université d'Ottawa | Cahiers Charlevoix


Jean-Pierre Pichette présente le troisième chapitre de « Germain Lemieux par lui-même », ce qui complète la série autobiographique du célèbre ethnologue (1914-2008) qui a oeuvré en Ontario français durant plus d’un demi-siècle. Tirées de la longue entrevue accordée à l’auteur en 1995, ces ultimes confidences du père Lemieux portent sur les genres de la littérature orale - conte et chanson - qu’il a privilégiés.

Simon Laflamme examine la notion d’identité telle qu’elle se révèle dans les travaux des spécialistes des sciences humaines qui se sont penchés sur l’Ontario français. Après avoir mis en évidence des théories générales puis planté quelques balises historiques, il considère les travaux selon leur domaine d’analyse : l’éducation, la politique et le juridique, le genre, la famille, les médias, les arts et les sports. Au terme de cette recension, il met en lumière les deux thèses qui polarisent le discours : l’assimilation et l’hybridité.

Yves Frenette propose un tour d’horizon de l’histoire sociale de la francophonie nordaméricaine, entre le départ de la France du continent, en 1763, et la Première Guerre mondiale. Divisé en deux périodes, ce long XIXe siècle « franco-américain » voit tout à la fois l’expansion et la contraction du fait français, à la mesure, d’une part, des migrations, et, d’autre part, de l’ascendance hégémonique de la langue anglaise.

Julie Boissonneault pose son regard sur la fréquentation des établissements universitaires, elle se demande dans quelle langue les Franco-Ontariens font leur scolarité. Sont alors mises en jeu la langue maternelle et la langue de la scolarité à l’élémentaire et au secondaire comme vecteurs de leur motivation à étudier en français au palier supérieur.

Ali Reguigui convient que s’il existe un nombre important de recherches portant sur la phonétique et la phonologie des emprunts intégrés et sur la manière dont les mots empruntés sont ajustés et reproduits selon les schèmes phonétiques de la langue receveuse, les études scrutant le traitement phonétique et prosodique de l’emprunt intégral en franco-ontarien font défaut. Il livre ici les prémices d’une enquête préliminaire sur la prosodie de l’emprunt.

Michel Bock propose une analyse de la pensée politique du père oblat Georges Simard (1878- 1956), théologien et professeur à l’Université d’Ottawa pendant la première moitié du XXe siècle. Rattaché, à l’origine, à la faction nationaliste intransigeante des oblats canadiens-français, le père Simard changea son fusil d’épaule pour épouser d’abord le « bon-ententisme », puis le loyalisme, après que Rome fut intervenue pour condamner le nationalisme

catholique à la fois en Ontario français, dans le contexte de la crise du Règlement 17, et en Europe.

Fidèle à la pratique établie depuis le cinquième volume des Cahiers Charlevoix, ce onzième volume se termine par la « chronique » que notre confrère Marcel Bénéteau a préparée. On y trouvera rassemblés les nouvelles et les faits saillants relatifs aux activités professionnelles des membres de la Société Charlevoix et la liste des articles publiés par les membres de la Société des Dix.

---

Fondée à Sudbury en 1992, la SOCIÉTÉ CHARLEVOIX est un regroupement d'universitaires qui se consacrent à des travaux savants sur l'Ontario français. Par son nom, la Société honore la mémoire du jésuite Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), qui a laissé des observations remarquables sur le territoire ontarien. Ses membres examinent les réalités franco-ontariennes selon les perspectives variées qu'apportent leurs disciplines.

---

Ethnologue et professeur titulaire, Jean-Pierre Pichette a enseigné la littérature orale au département de Folklore et ethnologie de l’Université de Sudbury (1981-2004) puis a occupé la chaire de recherche du Canada pour l’étude de l’oralité et des traditions populaires des francophonies minoritaires (Cofram) à l’Université Sainte-Anne, où il a dirigé le Centre acadien. Il est membre fondateur du Groupe de recherche en études acadiennes (Gréa) et de la Société Charlevoix

---

Simon Laflamme enseigne la sociologie à l’Université Laurentienne (Sudbury) depuis 1984. Ses recherches portent principalement sur diverses questions de la communication, de l’économie et des rapports entre les populations selon qu’elles sont minoritaires ou majoritaires. Il est un des fondateurs de la revue Nouvelles Perspectives en sciences sociales.

---

Yves Frenette est titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l'Université de Saint-Boniface. Il a étudié en histoire à l'Université Carleton et à l'Université Laval.

---

Julie Boissonneault, professeure agrégée à l'Université Laurentienne depuis 2003, œuvre en sociolinguistique et en didactique du français langue maternelle (en situation minoritaire). Avec près de trente d'expérience en enseignement au postsecondaire et en recherche, elle s'intéresse particulièrement au français parlé en Ontario et à ses enjeux sociaux. Elle est rédactrice en chef de la Revue du Nouvel-Ontario.

---

Ali Reguigui est professeur titulaire et coordonnateur du programme d’orthophonie, de même que coordonnateur du volet Communication et cognition dans le cadre du doctorat interdisciplinaire en sciences humaines, à l'Université Laurentienne.

---

Michel Bock est professeur agrégé au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche sur l'histoire de la francophonie canadienne.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Cahiers Charlevoix 10«

Cahiers Charlevoix 10

Les Presses de l'Université d'Ottawa | Cahiers Charlevoix


Ce dixième volume des Cahiers Charlevoix regroupe cinq études sur l’Ontario français, qui traitent du diocèse de Sault-Sainte-Marie dans le conflit franco-irlandais entre 1904 et 1934; des perspectives amoureuses et conjugales des jeunes du nord-est de l’Ontario; des aspects de l’histoire des Franco-Ontariens du Centre et du Sud-Ouest de 1970 à 2000; de l’art perdu de « faire des chansons » de la région du Détroit ainsi que des propos et confidences du jésuite ethnologue Germain Lemieux.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Strategic Nonviolent Power«

Strategic Nonviolent Power

Athabasca University Press | Global Peace Studies


History indicates that there are powerful routes to liberation from oppression that do not involve violence. Mohandas Gandhi called for a science of nonviolent action, one based on satyagraha, or the “insistence on truth.” As Gandhi understood, nonviolent resistance is not passive, nor is it weak; rather, such action is an exercise of power. Despite the success of Gandhi’s “Quit India” movement, the resources dedicated to the application of rigorous science to nonviolent struggle have been vanishingly small. By contrast, almost unimaginable levels of financial and human resources have been devoted to the science and technologies of killing, war, and collective violence. Mark Mattaini reviews the history and theory of nonviolent struggles against oppression and discusses recent research that indicates the substantial need for and advantage of nonviolent alternatives. He then offers a detailed exploration of principles of behavioral systems science that appear to underlie effective strategic civil resistance and “people power.”

Strategic Nonviolent Power proposes that the route to what Gandhi described as the “undreamt of and seemingly impossible discoveries” of nonviolent resistance is the application of rigorous science. Although not a simple science, Mattaini’s application of ecological science grounded in the science of behaviour brings exceptional power to the struggle for justice and liberation. At a time when civil resistance is actively reshaping global political realities, the science of nonviolent struggle deserves the attention of the scientific, activist, strategic, military, spiritual, and diplomatic communities, as well as the informed public.

---

“Strategic Nonviolent Power is a unique and important contribution to a field that is flourishing in the current global milieu. Mattaini demonstrates a sweeping knowledge of the field of resistance studies as well as systems theory. I don’t know of another study that does what this one does—apply a new theoretical framework to nonviolent resistance, synthesize existing material, and provide numerous illuminating examples from history—in a single book.”

---

Mark A. Mattaini is associate professor at the Jane Addams College of Social Work, University of Illinois at Chicago. Editor of the scientific journal Behavior and Social Issues, he is the author or editor of ten books, including PEACE POWER for Adolescents: Strategies for a Culture of Nonviolence (NASW Press) and Finding Solutions to Social Problems: Behavioral Strategies for Change (American Psychological Association). Mattaini is the principal developer of the behavior analytic PEACE POWER strategy, which has been presented and implemented in at least twelve American states, as well as two Canadian provinces, and was recently introduced in a UNESCO-funded project in Brazil.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen