Logo weiterlesen.de
Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Barbarossa, Botticelli und die Beatles«

Barbarossa, Botticelli und die Beatles

Bastei Entertainment


Von den ersten Hochkulturen bis heute: Anhand der 300 wichtigsten Protagonisten aus Geschichte, Kultur und Wissenschaft erzählt Helge Hesse unterhaltsam und informativ, warum unsere Welt so geworden ist, wie sie ist.

Ramses II. führte das ägyptische Reich zu seiner höchsten Macht, Europa erwacht in Griechenland durch den ersten Philosophen Thales, Marco Polo findet China und Gutenberg die beweglichen Lettern, Machiavelli seziert die Macht des Fürsten und Luther die Allmacht des Papstes, Newton entdeckt die Kräfte des Universums und Freud das Unbewusste des Menschen. Martin Luther King stirbt für die Gleichheit der Menschen und J. F. Kennedy für eine neue Gesellschaft: Helge Hesse entdeckt verblüffende Zusammenhänge, beschreibt neue Weichenstellungen und erzählt von entscheidenden 300 ersten Taten, Malen, Entdeckungen und Erfindungen in Welt- und Kulturgeschichte, die unser Leben bis heute prägen.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Le

Le " moment 68 " et la réinvention de l’Acadie

Les Presses de l'Université d'Ottawa | Collection Amérique française


Quatre notables acadiens reçus tels des chefs d’État par Charles de Gaulle au palais de l’Élysée. Plus de 2000 personnes qui manifestent dans les rues de Moncton scandant « on veut du français ! ». Une confrontation très médiatisée à l’hôtel de ville entre quatre jeunes résolus et un maire francophobe. Une tête de cochon déposée sur le seuil de sa maison en guise de protestation. L’occupation du plus grand pavillon de l’Université de Moncton par des étudiants armés de boyaux d’arrosage. Voilà quelques images fortes du « moment 68 » en Acadie, des images ancrées profondément dans la mémoire collective des Acadiens.

Le présent ouvrage relate l’histoire du mouvement étudiant de Moncton, qui a été, toutes proportions gardées, l’un des plus importants au Canada au cours des années 1960. La dimension nationaliste de ce mouvement étant déjà relativement bien connue, cet ouvrage, appuyé sur des sources inexploitées, apporte une contribution importante à nos connaissances du « moment 68 », en l’ancrant dans l’histoire de la nouvelle gauche. Il permet ainsi de mieux comprendre la genèse et la nature de ce mouvement qui a conduit à un changement de paradigme politique en Acadie. Car, comme nous le rappelle l’auteur, les actions et les paroles des étudiants acadiens représentent, aussi, une incarnation locale de ce large mouvement qui marque l’histoire contemporaine et qui secoue le Québec comme le Canada, les États-Unis et l’Europe.

---

« Disons d'emblée que l'on ne pourra plus se pencher sur l'histoire du mouvement étudiant canadien ni sur celle du nationalisme acadien sans tenir compte de cette étude. » - Nicole Neatby, Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 69, no 1-2.

---

« L'auteur se donne effectivement un objectif ambitieux, celui de cerner l'évolution de la culture politique du mouvement étudiant acadien en articulant contexte national et influences internationales. Cette ligne directrice [...] est ici davantage qu'une intention d'apparat [...]. Joel Belliveau évite ce piège et réussit, quoique partiellement, à entrelacer les deux échelles ou, pour être plus précis, les quatre échelles: acadienne, canadienne, québécoise et internationale. [...] il est difficile de ne pas trouver son profit avec ce livre. Le lecteur peu au fait de l'histoire acadienne (c'est mon cas) y trouvera des repères introductifs efficaces. Celui qui s'intéresse à l'histoire nationale, à l'histoire politique ou à l'histoire des idées y trouvera des hypothèses stimulantes pour confronter ses perspectives et leur ancrage territorial. Miroir confrontant, l'histoire acadienne le fera réfléchir. » - Daniel Poitras, Bulletin d'histoire politique, vol. 24, no 1.

---

(...) l’historien Joel Belliveau s’est intéressé à la « prise de conscience » de la jeunesse

des années 1960 dans un milieu minoritaire, cette fois au Nouveau-Brunswick. Une partie de ce « moment

68 » avait été immortalisé dans le film L’Acadie, l’Acadie!?! (1971) de Michel Brault et Pierre Perrault ;

plusieurs chapitres commentent d’ailleurs des séquences fameuses de ce documentaire.

Yves Laberge, Nuit Blanche, Septembre 2015

---

« L’historien Joel Belliveau a récemment fait paraître aux Presses de l’Université d’Ottawa Le « moment 68 » et la réinvention de l’Acadie. (…) Pour l’occasion, le Comité de rédaction d’Histoireengagée.ca a invité des militantes et des militants du « moment 68 » à réagir à la publication de l’ouvrage en livrant leurs commentaires critiques sur cette période charnière de l’histoire contemporaine de l’Acadie. Entre recension et témoignage, les billets produits par divers acteurs de l’époque invitent, en soulevant de nouvelles hypothèses, à une relecture du « moment 68 » en Acadie. » - Alain Evan. « Autour d’un livre : le ‘’moment 68’’ et la réinvention de l’Acadie de Joel Belliveau », HistoireEngagee.ca (25 mai 2015), [en ligne].

---

« La lecture de cet ouvrage s’impose, à mon sens, pour deux principales raisons. Il s’agit d’abord d’une contribution des plus intéressantes à l’histoire intellectuelle acadienne des années 1960, traversée de nuances, de remises en question et d’allers-retours entre l’Acadie et le monde. Dans la foulée, l’ouvrage permet d’apporter beaucoup de profondeur aux courants idéologiques qui traversent le Nouveau-Brunswick durant les années 1960. Il s’agit ensuite d’un plaidoyer pour la reconnaissance de la place des étudiants dans la société : les étudiants acadiens n’ont pas été à la remorque des idées qu’on leur présentait. Ils ont su les critiquer, en proposer de nouvelles et participer de plein droit à l’ébullition politique de leur temps. Vous me permettrez de conclure en souhaitant que plusieurs politiciens et commentateurs actuels lisent cet ouvrage afin de mesurer la contribution positive que les étudiants peuvent apporter aux débats de leur temps. » - Karine Hébert, Université du Québec à Rimouski, Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation, 27, 2, Automne 2015.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Reel Time«

Reel Time

Athabasca University Press


In this authoritative work, Seiler and Seiler argues that the establishment and development of moviegoing and movie exhibition in Prairie Canada is best understood in the context of changing late-nineteenth-century and early-twentieth-century social, economic, and technological developments. From the first entrepreneurs who attempted to lure customers in to movie exhibition halls, to the digital revolution and its impact on moviegoing, Reel Time highlights the pivotal role of amusement venues in shaping the leisure activities of working- and middle-class people across North America.

As marketing efforts, the lavish interiors of the movie palace and the romantic view of the local movie theatre concealed a competitive environment in which producers, exhibitors, and distributors tried to monopolize the industry and drive their rivals out of business. The pitched battles and power struggles between national movie theatre chains took place at the same time that movie exhibitors launched campaigns to reassure moviegoers that theatres were no longer the “unclean and immoral places of amusement” of yesteryear. Under the leadership of impresarios, the movie theatre rose up from these attacks to become an important social and cultural centre – one deemed “suitable for women and children.”

An innovative examination of moviegoing as a social practice and movie exhibition as a commercial enterprise, Reel Time depicts how the industry shaped the development of the Canadian Prairie West and propelled the region into the modern era.

---

Robert M. Seiler is associate professor emeritus in communication and culture at the University of Calgary.

---

Tamara P. Seiler is professor emeritus of Canadian studies at the University of Calgary. Reel Time is their second joint publication.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Hard Time«

Hard Time

Athabasca University Press


Prisons have always existed in a climate of crisis. The penitentiary emerged in the early decades of the nineteenth century as an enlightened alternative to brute punishment, one that would focus on rehabilitation and the inculcation of mainstream social values. Central to this goal was physical labour. The penitentiary was constructed according to a plan that would harness the energies of the prison population for economic profit. As such, the institution became central to the development of industrial capitalist society. In the 1830s, politicians in Upper Canada embraced the idea of the penitentiary, and the first federal prison, Kingston Penitentiary, opened in 1835. It was not long, however, before the government of Upper Canada was compelled to acknowledge that the penitentiary had not only failed to reduce crime but was plagued by insolvency, corruption, and violence. Thus began a lengthy program of prison reform.

Tracing the rise and evolution of Canadian penitentiaries in the nineteenth century, Hard Time examines the concepts of criminality and rehabilitation, the role of labour in penal regimes, and the problem of violence. Linking the lives of prisoners to the political economy and to movements for social change, McCoy depicts a history of oppression in which prisoners paid dearly for the reciprocal failures of the institution and of the reform vision. Revealing a deeply problematic institu- tion entrenched in the landscape of Western society, McCoy redraws the boundaries within which we understand the penitentiary's influence.

---

Ted McCoy teaches at the University of Calgary. His research focuses on punishment and incarceration.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »The Importance of Being Monogamous«

The Importance of Being Monogamous

Athabasca University Press and University of Alberta Press | The West Unbound


Sarah Carter reveals the pioneering efforts of the government, legal, and religious authorities to impose the “one man, one woman” model of marriage upon Mormons and Aboriginal people in Western Canada. This lucidly written, richly researched book revises what we know about marriage and the gendered politics of late nineteenth century reform, shifts our understanding of Aboriginal history during that time, and brings together the fields of Indigenous and migrant history in new and important ways.

---

"The importance of monogamy was not something readily evident to much of the varied population of 19th-century Western Canada, Edmonton author and University of Alberta historian Sarah Carter points out in her new study of marriage and nation building in the old West.

Carter's fourth book, which recently made the longlist for the prestigious Cundill International Prize in History, begins by reflecting on the currency of this subject during the seemingly interminable current debate on family values and same-sex marriage. Carter sees much of this debate rooted in "a wistful nostalgia for an imaginary simpler time, when gender roles were firmly in place with the husband as family head and provider, and the wife as the dependent partner -- obedient, unobtrusive, and submissive."

---

Sarah Carter is professor and Henry Marshall Tory Chair in both the Department of History and Classics and the Faculty of Native Studies at the University of Alberta. Her research focuses on the critical era that began in the late nineteenth century when Aboriginal people were dispossessed and a new population established in Western Canada.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Captured Hearts«

Captured Hearts

Goose Lane Editions | New Brunswick Military Heritage Series


Imagine you're a young woman caught up in the ugly reality of war. You meet and fall in love with a young soldier from a foreign country. You marry and your world is upended: when the war ends, you leave all you've ever known behind — your family, friends, and way of life — to begin a new life in Canada. This is the story of hundreds of women who made their way to New Brunswick at the end of the Second World War. Between 1942 and 1948, young women from all over Europe came to this part of Canada with their servicemen husbands. Some married Aboriginal New Brunswickers; others married French-speaking Acadians; still others married New Brunswickers of British descent. In this compelling volume, wives, widows, fiancées, and those whose marriages failed and returned to Europe tell compelling stories of prejudice, perseverance, kindness, hope, defeat and triumph.

---

Melynda Jarratt is internationally recognized as the leading expert on Canada's war brides and is the author of three books on the subject. In 1995, Melynda wrote her master's thesis in history at the University of New Brunswick in Fredericton on New Brunswick war brides, and went on to obtain a diploma in digital media and design in 1999. She has continued to document this fascinating chapter in Canadian military history for nearly thirty years. She is the co-author of Voices of the Left Behind (Dundurn Press, 2005), which was a Book of the Month Club selection, author of War Brides: The Stories of the Women Who Left Everything Behind to Follow the Men They Loved (Tempus Publishing, 2007; reissued by Dundurn Press, 2009), and of Captured Hearts: New Brunswick's War Brides (New Brunswick Military Heritage Project and Goose Lane Editions, 2008). Melynda has also written on the history of Dutch immigration to Canada for Pier 21, and in 2012 she wrote the history of Bathurst's Brunswick Mines, entitled The End of an Era. Melynda has been the curator and outreach officer for the New Brunswick Sports Hall of Fame in Fredericton since 2012.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Canada and Aboriginal Canada Today - Le Canada et le Canada autochtone aujourd’hui«

Canada and Aboriginal Canada Today - Le Canada et le Canada autochtone aujourd’hui

University of Ottawa Press | The Symons Medal Series/Collection de la Médaille Symons


Dans la conférence prononcée comme récipiendaire de la médaille Symons en 2013, le très honorable Paul Martin, vingt-et-unième premier ministre du Canada, s’appuie sur tout le savoir et le vécu de sa remarquable carrière publique, afin d’expliquer le défi d’obtenir justice pour les peuples autochtones du Canada. Se penchant sur les racines historiques des enjeux actuels ainsi que les priorités contemporaines, monsieur Martin affirme que le progrès futur des peuples autochtones du Canada dépend de l’atteinte d’une forme de gouvernement autochtone autonome, accompagné d’un financement adéquat. Mais par-dessus tout, il lance un appel éloquent et urgent à l’action : les Canadiens et les Canadiennes doivent faire aujourd’hui preuve du même type d’imagination, de générosité et de courage qu’ont démontré les Pères de la Confédération lors de la Conférence de Charlottetown en 1864.

Le Canada et le Canada Autochtone aujourd’hui. Changer le cours de l’histoire est une contribution vitale au débat canadien sur le rôle des peuples autochtones au Canada d’aujourd’hui et de demain. C’est une lecture incontournable pour tous ceux et celles qui veulent mieux connaître les racines historiques des défis actuels et réfléchir sur les questions de justice et d’égalité pour les Autochtones du Canada aujourd’hui.

L’une des distinctions les plus prestigieuses au Canada, la médaille Symons est présentée chaque année par le Centre des arts de la Confédération, l’institution commémorative nationale établie en l’honneur des Pères de la Confédération, à un lauréat ayant contribué de façon exceptionnelle à la société canadienne.

------------

In his 2013 Symons Medal lecture, the Right Honourable Paul Martin, the twenty-first prime minister of Canada, brings to bear all the knowledge and experience of his remarkable public career to explain the challenge of achieving justice for the Aboriginal peoples of Canada. Exploring both historic roots and current priorities, Mr. Martin argues self-government is an essential condition for Canada’s Aboriginal peoples, but must be accompanied by adequate funding. Above all, he issues an urgent, eloquent and deeply informed call to action, calling on Canadians to exercise, today, the same kind of imagination, generosity and courage that the Fathers of Confederation showed, when they met at Charlottetown, in 1864.

Canada and Aboriginal Canada Today: Changing the Course of History is a vitally important contribution to the ongoing debate about the role of Canada’s aboriginal peoples in the Canada of today and tomorrow. It is essential reading for all Canadians who want to learn about the historic roots of current challenges, and to reflect upon the issues of justice and equality for Canada’s Aboriginal peoples today.

The Symons Medal, one of Canada’s most prestigious honours, is presented annually by the Confederation Centre of the Arts, Canada’s national memorial to the Fathers of Confederation, to honour persons who have made an exceptional and outstanding contribution to Canadian life.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Cahiers Charlevoix 12«

Cahiers Charlevoix 12

University of Ottawa Press | Cahiers Charlevoix


Coïncidant avec le vingt-cinquième anniversaire de la Société Charlevoix, la fournée 2018 de ce douzième cahier réunit six études.

Simon Laflamme publie l’affidavit qui a été utilisé par le Commissariat aux langues officielles pour appuyer la cause qu’il défendait contre la Société Radio-Canada. À la suite des compressions budgétaires de 2009 dont elle avait été victime, la société d’État réduisait fortement sa programmation à la station de radio Cbef de Windsor. 

Yves Frenette propose un regard comparatif de l’historiographie dans trois aires de la francophonie canadienne entre 1970 et 2000. Au cours de cette période de transition, les identités traditionnelles acadienne et canadienne-française déclinent progressivement au profit de nouvelles identités francophones provincialisées. 

Julie Boissonneault se penche sur la perception qu’on a de la langue des Franco-Ontariens. La langue française parlée en Ontario fait souvent l’objet d’un discours dépréciatif qui établit la compétence des Franco-Ontariens à l’aune de leurs manquements au français de référence. Or, ce discours, qui ne tient pas compte de l’enjeu de la variation interne de toute langue et des processus naturels d’évolution des parlers, nourrit des représentations à l’égard du parler qui sont souvent partielles ou fausses et qui, en retour, peuvent mener à un sentiment d’incompétence chez le locuteur franco-ontarien. 

Ali Reguigui inscrit son étude dans le cadre de la phonétique articulatoire et de la sociophonétique, fondée sur les données d’un questionnaire sociolinguistique recueillies auprès de sujets franco-ontariens. Il examine le cas de la consonne roulée alvéolaire voisée /r/ du latin, qui a persévéré en ancien français et moyen français jusqu’au xviie siècle dans les centres urbains, et jusqu’au XVIIIe siècle en général pour se faire remplacer par la consonne roulée uvulaire voisée, communément qualifiée de grasseyée et marquée comme variante de prestige

Marcel Bénéteau fait le bilan de la chanson traditionnelle française en Ontario et trace son évolution dans

le temps et l’espace. L’auteur décrit le travail qu’il a entrepris pour déterminer en premier lieu en quoi consiste le répertoire de l’Ontario français ; à cette fin, il précise quelles sont ses balises historiques et géographiques (où et quand le répertoire s’est-il implanté sur le territoire ?) et ce qu’il comprend au juste (combien de chansons ? quelles chansons ? quelles catégories de chansons ?).

Jean-Pierre Pichette verse un nouveau chapitre au dossier de la transposition des récits oraux dans des oeuvres

littéraires. À l’analyse des écrits destinés à la jeunesse de l’écrivaine Marie-Rose Turcot (Cahiers Charlevoix 3) et de l’ethnologue Marius Barbeau (Cahiers Charlevoix 4), il ajoute l’examen des « petits contes drolatiques » qu’un autre écrivain d’Ottawa, Régis Roy (1864-1944), a publiés entre 1906 et 1928. 

Michel Bock a compilé dans la « Chronique » les faits saillants survenus depuis la parution du dernier volume et les nouvelles des membres reliées à leurs activités professionnelles. Nous y joignons le compte rendu des activités récentes de la Société des Dix que son secrétaire, Fernand Harvey, a préparé à notre intention.

Ce livre est publié en français.

---

Fondée à Sudbury en 1992, la SOCIÉTÉ CHARLEVOIX est un regroupement d'universitaires qui se consacrent à des travaux savants sur l'Ontario français. Par son nom, la Société honore la mémoire du jésuite Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), qui a laissé des observations remarquables sur le territoire ontarien. Ses membres examinent les réalités franco-ontariennes selon les perspectives variées qu'apportent leurs disciplines.

---

Ethnologue et professeur titulaire, Jean-Pierre Pichette a enseigné la littérature orale au département de Folklore et ethnologie de l’Université de Sudbury (1981-2004) puis a occupé la chaire de recherche du Canada pour l’étude de l’oralité et des traditions populaires des francophonies minoritaires (Cofram) à l’Université Sainte-Anne, où il a dirigé le Centre acadien. Il est membre fondateur du Groupe de recherche en études acadiennes (Gréa) et de la Société Charlevoix

---

Simon Laflamme enseigne la sociologie à l’Université Laurentienne (Sudbury) depuis 1984. Ses recherches portent principalement sur diverses questions de la communication, de l’économie et des rapports entre les populations selon qu’elles sont minoritaires ou majoritaires. Il est un des fondateurs de la revue Nouvelles Perspectives en sciences sociales.

---

Yves Frenette est titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l'Université de Saint-Boniface. Il a étudié en histoire à l'Université Carleton et à l'Université Laval.

---

Julie Boissonneault, professeure agrégée à l'Université Laurentienne depuis 2003, œuvre en sociolinguistique et en didactique du français langue maternelle (en situation minoritaire). Avec près de trente d'expérience en enseignement au postsecondaire et en recherche, elle s'intéresse particulièrement au français parlé en Ontario et à ses enjeux sociaux. Elle est rédactrice en chef de la Revue du Nouvel-Ontario.

---

Ali Reguigui est professeur titulaire et coordonnateur du programme d’orthophonie, de même que coordonnateur du volet Communication et cognition dans le cadre du doctorat interdisciplinaire en sciences humaines, à l'Université Laurentienne.

---

Marcel Bénéteau est professeur agrégé au Département de folklore et ethnologie de l’Université de Sudbury. Il s'intéresse particulièrement aux chansons folkloriques de tradition orale et au lexique franco-ontarien.

---

Michel Bock est professeur agrégé au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche sur l'histoire de la francophonie canadienne.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Vom guten Tod«

Vom guten Tod

Butzon & Bercker GmbH


Was ist ein "guter Tod"? Gibt es den überhaupt? Reiner Sörries nimmt die neu entbrannte Debatte um die Sterbehilfe zum Anlass, um über diese alte Menschheitsfrage nachzudenken. Er nimmt uns mit auf einen spannenden Streifzug durch die Kulturgeschichte von der Antike über das mittelalterliche "Memento mori", die romantische Idealisierung im 19. Jahrhundert bis in unsere Gegenwart mit ihrem radikalen Protest, aber auch mit ihren illusorischen und zuweilen gefährlichen Tendenzen.

Die aktuelle Debatte um ein Recht auf Selbstbestimmung auch im Sterben bekommt durch diesen kundigen Blick in die Geschichte eine ganz neue Orientierung.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
PDF
Kaufen

Empfehlen

Cover zur kostenlosen eBook-Leseprobe von »Sir John's Table«

Sir John's Table

Goose Lane Editions


Winner, Taste Canada Gold Medal for Culinary Narrative

Commemorating the two-hundredth anniversary of Sir John A. Macdonald's birth, Sir John's Table is a refreshing look at Canada's first prime minister.

Sir John's Table traverses the colourful life of Macdonald, from his passage as a young Scottish boy in the steerage compartment aboard the Earl of Buckinghamshire to his new home in Kingston, Upper Canada. It traces his boyhood years of stealing fish and scarfing down fairy cakes into his adult life as a lawyer, husband, father, and eventual leader of the newly founded dominion of Canada. It was a journey that began with hardtack and suspicious-looking, watered-down stew amidst appallingly unsanitary conditions and culminated in grand dinners held in Macdonald's honour.

In a breezy and engaging style, author Lindy Mechefske traces Macdonald's life through some of the common foods of the day, from mutton, quince, and gooseberries to hare, cow heel, and ox cheek. Along the way, she reveals how to concoct the fried oysters served at the Charlottetown Conference and how a roast duck dinner saved the dominion.

---

"A lively yet accurate picture of what people ate from the 1830s to the 1890s."

---

"This book is eminently readable — would that all history were written like this! — and interesting, offering both the clearest example of 19th century Canadian politics and very human insights into a very human architect of our country. ... Mechefske deftly weaves in Macdonald's culinary history, from the simplest of Scottish fare early in Macdonald's life to more exotic and glamorous meals later on."

---

"Mechefske's book is an often tongue-in-cheek romp through the life of Sir John A., and the food he consumed, from his voyage, at age five, on an immigrant ship to Canada (mouldy bread and watery horsemeat stew) to fancy state dinners during his long political career (champagne and oysters were essential)."

---

Lindy Mechefske is a freelance writer and food columnist. She is the author of the cookbook A Taste of Wintergreen and blogs about her adventures in the kitchen at lindymechefske.com. She spent her early years in England and has lived in the US and Australia but calls beautiful, historic Kingston, Ontario, her home. Lindy's love affairs with food and history began when she was three years old, rolling out the pastry for jam tarts in her grandfather's ancient Yorkshire kitchen.

Leseprobe lesen
Web-Ansicht
Download
EPUB
Kaufen

Empfehlen